Massue de jet, Fidji

480



« i ula drisia »
Ancienne massue courte de jet en provenance des îles FIDJI.
Cette massue courte et traditionnelle possède une très belle patine et présente des motifs géométriques finement sculptés sur le manche.
Ces élégants liserés en zig zag ornent la base du manche et sont disposés tout autour de ce dernier dont le prolongement se termine par une tête sculptée dans la nodosité d’une branche de bois dur à l’ancienne patine d’usage marron dotée de beaux reflets roux sur toute sa superficie.
Ce type de massue courte appelée par les fidjiens « i ula drisia » pouvait être utilisée pour d’éventuels combats entre tribus.

On estime les premières populations de l’archipel des îles Fidji en provenance de Vanuatu et les îles Salomon de -1500 à -1000 ans environ avant JC du côté Est de l’île à Lapita. Le développement de l’agriculture vers 500 avant JC permit à la population d’augmenter rapidement. Les différents peuples se livrèrent une guerre tribale sans merci où le cannibalisme était monnaie courante. Le chef de chaque village était considéré comme « tabu » (« sacrée ») et avait une très grande influence sur le reste de la tribu. Polygame, sa position était transmise de génération en génération.
La réputation des fidjiens d’être de très bons guerriers et leur pratique du cannibalisme dissuada beaucoup de colons. Ce n’est qu’au XIXe siècle, après les années noires de l’archipel où les Tonga firent des fidjiens un vrai commerce d’esclaves, que les européens instiguèrent un commerce de sandales en bois et de bêches-de-mer alors très prisés en Europe.
L’introduction progressive des armes à feu mit le pays à feu et à sang et ce n’est qu’en 1850 que Victor Ratu Seru Cakobau devint roi de Fidji. Les missionnaires le soumirent au Christianisme peu de temps après et l’archipel fut ensuite déclarée colonie britannique en octobre 1874. C’est alors une période d’intense exploitation qui s’ouvre durant laquelle quelque 60000 indiens sont transportés à Fidji. L’indépendance déclarée de 1960 n’apportera guère plus de calme puisque d’intenses batailles raciales entre fidjiens de souche et indiens éclatèrent. Aujourd’hui encore l’île est très divisée.
L’originalité de cette pièce vient de son ancienneté et de sa belle patine agrémentée de jolis motifs traditionnels.
Œuvre accompagnée du certificat d’authenticité de la galerie.

 

Cette oeuvre fait partie de la sous-catégorie Art Océanien et vous est présentée par la Galerie PERSEPOLIS.

ArtArt Océanien
Culture, paysFIDJI
TypeMassue de jet "I ULA DRISIA"
Epoquefin XIXe / début XXe siècle
ConditionTraces normales d’usure en rapport avec l’ancienneté du bois. Une légère fente due à l’érosion du bois est située à la base de la tête, sans aucune incidence sur la parfaite stabilité de cette dernière. L’objet est dans un bon état général de conservation.
ProvenanceEx-collection privée anglaise
Matériauxbois à patine brun miel
SupportNon
Hauteur41cm / 16’’
Largeur9cm / 3.5’’
Longueur9cm / 3.5’’
Poids net (sans support)0.46 kg
Poids net (avec support)N.A
Réf: APOC-01006 Catégories , ,

Vous aimerez peut-etre aussi…

Certification

Authenticité documentée de chaque œuvre proposée

Paiements Sécurisés

Paiements 100% sécurisés et transactions cryptées

Retours acceptés

Sous un délai de 14 jours après réception

Transport spécialisé

Dans le monde entier par des professionnels spécialisés dans l’art